un second tour plus que favorable pour Carole Delga

Carole Delga n’osait pas imaginer une telle fête. Tous les sondages ont annoncé la présidente sortante (PS) du conseil régional précédée du candidat du Rassemblement national Jean-Paul Garraud, mais c’est elle qui caracole en tête à l’issue de ce premier tour des élections régionales. Avec 39,57 % des voix, sa liste PS-PCF et radicaux de gauche progresse de près de 15 points par rapport au premier tour de 2015 (24,41 %). Même avec une très forte abstention (62,76 %), elle a remporté des voix (597 215 contre 501 322) et distance une Assemblée nationale effondrée à 22,61 %. En 2015, son représentant Louis Aliot, désormais maire de Perpignan (Pyrénées-Orientales), l’avait emporté avec 31,83% des voix.

→ RETROUVEZ les résultats du premier tour des élections régionales en région Occitanie

La chute est sévère. Jean-Paul Garraud, ancien fer de lance de la Droite populaire avec Thierry Mariani, n’a visiblement pas su trouver les mots pour mobiliser l’électorat du Rassemblement national. Il ne vient premier dans aucun des cinq départements de l’ancien Languedoc-Roussillon, pourtant d’ordinaire très favorable au parti de Marine Le Pen.

Liste LR inférieure à 20%

La droite a également perdu des voix par rapport à 2015, avec 12,19 % (contre 18,84 %), mais la tête de liste (LR) Aurélien Pradié se contente d’un maintien au second tour afin d’incarner « Une opposition crédible qui peut influencer les positions de Carole Delga et de la majorité socialiste ». Autant dire que pour le député du Lot, l’affaire est entendue pour le second tour.

Les résultats sauvent Carole Delga de longues négociations. La liste « majoritaire présidentielle » de Vincent Terrail-Novès, avec seulement 8,78 %, ne peut être maintenue, ni celle d’EELV conduite par Antoine Maurice, créditée de 8,84 %. Le candidat écologiste espère « Qu’un accord juste et équilibré soit trouvé dans les plus brefs délais » avec Carole Delga, qui de son côté n’a pas fermé la porte aux écologistes avec qui elle avait l’habitude de travailler à l’assemblée sortante. Le socialiste a en revanche exclu toute négociation avec la France insoumise, qui a à peine franchi la barre des 5%. Le triangulaire à venir ne devrait pas lui donner mal à la tête.

→ EN DIRECT. Résultats des élections régionales 2021 et réactions après le premier tour