témoignages de ses fils, zoom sur la vie de cet acteur de légende

Bourvil, de son vrai nom André Raimbourg, était un humoriste hors pair. Né le 27 juillet 1917, son idole était Fernandel et il aspirait à être aussi drôle, charismatique et talentueux que lui. Décédé le 23 septembre 1970, sa carrière fut trop courte pour ses fans. Ses deux fils, Dominique et Philippe Raimbourg étaient jeunes lorsque leur père est décédé. Le premier avait 20 ans et le second 17 ans. La première fois qu’un de ses fils évoque dans une interview la carrière de Bourvil, nous étions en septembre 2012. Puis, en 2017, ils ont tous deux témoigné dans les colonnes du journal. Ouest de la France. Objeko vous propose donc un retour sur ces rares interviews qui font l’éloge de la carrière de Bourvil à travers les mots de ses fils.

Bourvil reste une icône de la comédie en France

Bourvil se lance dans la comédie en 1938, sous le nom d’Andrel (en référence à Fernandel), suite au défi de ses colocataires du 24e régiment d’infanterie de Paris. En effet, André Raimbourg s’est enrôlé avant d’être mobilisé afin de pouvoir choisir son affectation et intégrer la fanfare militaire. C’est dans la fanfare du régiment qu’il divertit ses camarades. Et que ce dernier le défie donc de s’inscrire à des concours humoristiques à la radio.

Une fois démobilisé, Bourvil enchaîne les petits boulots. Il est notamment plombier ou garçon de courses. Mais il n’arrête jamais les crochets radio et il va même dans le music-hall et les cabarets. Le succès vient quand Bourvil trouve son personnage comique de « paysan naïf » voire stupide. Il faut hurler de rire depuis des salles entières de spectateurs et en 1942, il prend le pseudonyme de Bourvil. L’année suivante, il épouse Jeanne Lefrique. Ils seront très amoureux pendant toute la durée de leur mariage. En 1950, leur premier fils, Dominique Raimbourg, est né. Et en 1953, le second, Philippe Raimbourg.

Ce n’est qu’en 1945 que la carrière de Bourvil prend son envol. Il y a eu une chanson cette année qui s’appelle Des crayons et a joué dans son premier film au cinéma, Ferme du pendu par Jean Dréville. Ses enfants ont donc connu leur père sur scène et au cinéma toute leur vie. Dominique Raimbourg expliquait au micro de France 3, en 2012, qu’il garde de merveilleux souvenirs des cabarets de Bourvil. Voir son père faire rire les foules était un sentiment unique qui le rendait fier.

Mais il a aussi de mauvais souvenirs avec son père, notamment la maladie dont il a souffert pendant trois ans avant de mourir, un cancer des os. En effet, Bourvil est mort très jeune car il n’avait que 53 ans. Le fait qu’il ait été malade pendant 3 ans, alors que ses fils n’avaient que 20 et 17 ans, a été une terrible épreuve pour eux, Objeko ne pouvait pas dire le contraire.

Des mots teintés de respect, d’amour et d’admiration

En 2017, Dominique et Philippe Raimbourg ont convenu de parler de Bourvil, l’homme et l’acteur. D’abord, ils soulignent que l’amour qui unissait leurs parents imposait le respect. « Ils se sont connus très jeunes, à 19 et 18 ans. Après la mort de son père, papa est venu vivre à Bourville. Ils se sont mariés en 1943. » ils ont dit. Et malgré le succès de Bourvil, l’histoire d’amour et la famille de l’acteur n’ont pas fait la une des journaux. Il s’est assuré de rester discret et a marqué une séparation nette entre son travail et sa vie privée. « Il s’est libéré au moins six semaines dans l’année, en partie pour se consacrer à sa famille restée en Seine-Maritime » dit le frère cadet de Bourvil dans les colonnes de Ouest de la France.

Dominique et Philippe Raimbourg ont des souvenirs de vacances mémorables avec leurs parents. Et tout le monde veut savoir si Bourvil était le même dans la vie que sur scène. À ce sujet, le fils aîné de l’acteur, chanteur et comédien admet qu’il n’y avait pas de différences profondes. Bien sûr, il exagérait les traits sur scène ou devant les caméras. Mais cela signifiait simplement qu’il travaillait beaucoup. Et dans la vie, il avait toujours eu ce goût pour la fantaisie qui l’accompagnait alors aussi bien dans la vie de tous les jours que lors de ses performances.

Avec une telle figure paternelle, Objeko Accorde-toi qu’il ne soit pas facile pour ses fils de trouver leur place. A cela Dominique Raimbourg croit qu’il fait savoir « Être original sans renier ses origines » mais qu’il n’aurait pas pu faire la même carrière que son père. Les fils de Bourvil ont emprunté des voies professionnelles plus classiques, mais toujours aussi impressionnantes. Le fils aîné est avocat et homme politique. Le plus jeune est professeur de finance dans la plus prestigieuse université de la capitale.