Jean-Pierre Pernaut, furieux, pousse un coup de gueule contre les laissez-passer santé

Connu pour son franc-parler extrême, Jean-Pierre Pernaut sort une nouvelle fois de ses gonds. Invité sur le plateau de Est-elle Midi ce vendredi 27 août, l’ancien présentateur du journal télévisé critique une nouvelle fois les décisions du gouvernement français. Après avoir fustigé les contrôles routiers, il se plaint de la mise en place du contrôle des laissez-passer sanitaires. Objeko revient donc pour vous sur cette déclaration loin de passer inaperçu.

Jean-Pierre Pernaut : cette faire la police?, « Ça m’agace profondément »

Coups de gueule célèbres

Dans ce domaine, Jean-Pierre Pernaut n’en est pas à son coup d’essai. Toujours présentateur de 13h00 de TF1 en avril 2020, le mari de Nathalie Marquay avait en effet multiplié les reproches à l’encontre des décideurs politiques. Il s’est étonné de certaines incohérences comme l’ouverture de supermarchés alors qu’une simple balade sur la plage était interdite. Le 1er mai, il a fait part de son incompréhension lorsque les fleuristes ont dû garder les portes fermées alors que les grandes jardineries accueillaient le public. Durant cette période, le journaliste a régulièrement attaqué Emmanuel Macron et ses ministres.

Au même moment, Jean-Pierre Pernaut criait sa colère à l’ouverture des cantines alors que les restaurants étaient encore fermés. Autant de sujets qui suscitaient en lui une terrible colère comme l’interdiction de la vente de masques par les pharmaciens. Dès le début du Covid-19, le père de Lou et Tom disait haut et fort ce que certains pouvaient penser en silence. En tout cas, ses interventions lui ont valu de vives critiques, mais aussi le soutien d’une multitude de téléspectateurs toujours prêts à le suivre en toute circonstance. D’ailleurs, aujourd’hui, il enfile une couche comme Objeko l’évoque pour vous.

 » UNE pompe à argent simple ! « 

Présent sur le plateau deEstelle Midi ce vendredi 27 août, Jean-Pierre Pernaut n’a pas mâché ses mots. Interroge sur l’établissement de nouveaux radars automatique, sa condamnation est très Claire sur le sujet. « Cette histoire va encore renforcer notre opinion que l’automobiliste n’est qu’une pompe à argent ! « . Pour lui, l’utilisation d’un système de test est comparable à « » Pistolets-mitrailleurs HP « . D’ailleurs, l’homme de la télévision est loin de s’arrêter là. Malgré la tentative désespérée d’Estelle Denis pour le calmer, Jean-Pierre Pernaut était loin d’en avoir fini avec ses explications.

En effet, Jean-Pierre Pernaut semble tout simplement ne plus supporter ses contrôles massifs par la police. Il évoque notamment le pass sanitaire et le rôle de la police qui, selon lui, a bien mieux à faire. « J’entends parler d’adolescents tués en banlieue à cause de la drogue, j’entends parler des risques terroristes… Et quand je vois les gendarmes qui contrôlent les vitesses à 1 km/h, à 2 km/h, ils n’ont rien d’autre à faire non ! Ils contrôlent les passages sanitaires et les vitesses de 1 km/h en ville, ça m’agace profondément ». En tout cas, c’est évident : Jean-Pierre Pernaut est en colère et ça se voit.

Une interview pour le moins remarquée

En tout cas, cette visite de Jean-Pierre Pernaut sur le plateau de CMR fait déjà couler beaucoup d’encre. Face au micro d’Estelle Denis ce vendredi 27 août 2021, la journaliste semblait en effet exaspérée. Pendant de longues minutes, il a expliqué son sentiment en précisant quelques détails. Si elle ne remet bien sûr pas en cause la nécessité d’une législation sévère en matière de sécurité routière, elle requiert une certaine cohérence : « Pour qu’une règle soit respectée, elle doit être respectable ». Avant d’ajouter : « En ville, il y aura des panneaux à 30 km/h, c’est quand même de la folie furieuse ». Selon lui, le but ne serait pas de limiter les accidents, mais de faire rentrer de l’argent neuf dans les caisses de l’Etat.

D’ailleurs, ce n’est pas la seule mesure que critique Jean-Pierre Pernaut : « Là, on rentre juste de vacances, on roule sur des autoroutes qui sont à 130 et du coup, on a dépassé 110. Nous ne savons pas pourquoi. Et c’est là qu’il y a un radar, vous l’avez tous remarqué. Vous avez des autoroutes, parfois en périphérie des villes, qui sont limitées à 90 km/h. Des autoroutes ! Et puis vous partez sur une petite route de montagne qui est elle aussi limitée à 90. Ce qui est une hérésie totale. Par contre, si vous roulez à 90 sur une petite route de montagne, où il y a des épingles à cheveux, vous êtes mort. C’est de la folie ! « . Une manière pour Jean-Pierre Pernaut d’inciter les politiques à revoir leur copie.