Il utilise le pass santé d’Emmanuel Macron… et finit en garde à vue !

Un garçon de 19 ans, voulant se rendre en consultation dans un hôpital marseillais, a décidé de présenter le pass santé d’Emmanuel Macron, faute d’avoir le sien. Malheureusement pour lui, les gardes ont réalisé l’erreur et ont appelé la police. Faits racontés par le site Actualités 17.

L’inévitable s’est produit. En septembre dernier, le pass santé et donc le QR code d’Emmanuel Macron a été partagé sur les réseaux sociaux. A l’origine de cette fuite, soignants qui ont depuis été sanctionnés par l’Ordre des médecins et l’assurance maladie. Et alors que le QR code a été désactivé et malgré tous les efforts des autorités de la République pour supprimer les documents privés du président, les enfants intelligents ont gardé ce précieux sésame. C’est le cas d’un garçon de 19 ans originaire de Marseille. Mardi 5 octobre 2021, ce dernier doit se rendre en consultation et en groupe de travail au sein de l’hôpital Salvator de Marseille, situé dans le 9e arrondissement, comme le rapporte le site. Actualités 17. L’AP-HM a également confirmé à nos confrères de France 3 Provence-Alpes-Côte d’Azur que les Marseillais avaient « bon rendez-vous pour une consultation« . Et pourtant, devant les portes de l’immeuble, le jeune homme a une inquiétude. Il n’a pas de carte de santé. Ni une ni deux, il dessine celui du chef de l’Etat et le présente aux gardes de service.

Le garçon a été placé en garde à vue

Mais, vous ne trompez pas un agent de sécurité comme ça ! A l’entrée, les agents de sécurité se rendent compte que le laissez-passer sanitaire porte le nom d’Emmanuel Macron. Cependant, ils ont laissé le jeune homme se rendre à sa consultation. Pensant avoir réussi, ce dernier ne sait pas que pendant ce temps, la sécurité de l’hôpital appelle la police. « Ils ont bien fait, ils ne voulaient pas le refuser et le laisser partir comme ça. Ils ont jugé cette usurpation trop grave», a expliqué le service communication de l’AP-HM à nos confrères de France 3. A son arrivée, la police a immédiatement interpellé et placé l’usurpateur d’identité en garde à vue jusqu’en fin de soirée, ce mardi 5 octobre.

Mais, rassurez-vous, pour ce délit, le jeune homme n’a reçu qu’un simple billet de 4e classe pour « présentation d’un document sanitaire appartenant à un tiers lors d’un contrôle d’accès à un lieu dans le cadre de la lutte contre la propagation de l’épidémie« . Et oui, sachez que l’utilisation d’un faux document et/ou faux passeport sanitaire, ou plus simplement, emprunter un pass qui n’est pas le vôtre est un délit. Pour ce dernier, vous risquez une amende de 750 euros. Sauf si vous payez dans la journée, dans ce cas, il est réduit à 135 euros.