en Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez ouvre la voie

« Ce soir, votre choix est clair », a-t-il déclaré pour ouvrir son allocution à la presse dimanche 20 juin. Président sortant et grand favori des sondages, Laurent Wauquiez est sorti largement victorieux du premier tour des régionales, recueillant près de 43,7% des voix des habitants. d’Auvergne-Rhône-Alpes. S’il grimpe de plus de dix points par rapport à son résultat des régionales 2015 (31,73 %), le candidat LR-UDI met surtout à grande distance les deux principaux rivaux que les sondages lui avaient attribués.

→ EN DIRECT. Résultats des élections régionales 2021 et réactions après le premier tour

Alors que le Rassemblement national espérait une percée au niveau régional, Andrea Kotarac, leur représentant au profil atypique – ancien rebelle – n’a remporté que 12,3% des électeurs mobilisés. Assez pour aller au second tour, trop peu pour avoir une chance sans aucune masse de voix.

Le candidat de la majorité présidentielle (LREM), Bruno Bonnell, que les derniers sondages créditaient de 15 % des voix, n’a finalement obtenu que 9,8 % et a été directement évincé. Une déception que les deux candidats désabusés attribuent à « Record d’abstention » – 66,1% en France et 67,4% dans la région AURA.

La gauche rassemblée derrière les Verts

Le procureur n’est donc pas vraiment ce qu’on attendait : c’est l’écologiste Fabienne Grébert (EELV) qui s’est imposée comme la deuxième force politique de la région, rassemblant 14,4 % des votants. Et la candidate prend même la tête dans plusieurs quartiers de la métropole lyonnaise comme Villeurbanne par exemple, où elle obtient 24,2 % des voix. Derrière elle, l’ancienne ministre Najat Vallaud-Belkacem qui mène la liste des socialistes dépasse enfin la barre des 11 %, juste de quoi conserver sa place dans l’élection.

Pour équilibrer les forces dans ce quadrangulaire, la gauche doit s’unir. Si Fabienne Grébert avait décidé de partir seule après des mois de discussion avec le reste de la gauche, elle déclare désormais être investie d’un  » responsabilité «  : « Nous devons nous unir pour offrir une alternative à ceux qui refusent de laisser la région aux mains de la droite dure et de l’extrême droite.  » Najat Vallaud-Belkacem s’est rapidement mise à « Disposition »: « La socio-écologie n’a pas dit son dernier mot dans notre pays », a-t-elle lancé depuis la préfecture, où les deux candidats ont rejoint Cécile Cukierman (5,5% pour la liste LFI-PC) pour négocier leur union avant de l’officialiser en début de semaine.

→ RETROUVEZ les résultats du premier tour des élections régionales 2021

Mais n’y aura-t-il qu’un seul match ? Avec une trentaine de points d’avance, Laurent Wauquiez se voit largement renforcé dans la droite droitière qu’il défend chez Les Républicains et dans les ambitions nationales qu’il nourrit, comme plusieurs autres présidents sortants. Il s’est exprimé dimanche soir avec une sérénité sans faille, interprétant cette partition comme une  » marque de confiance  » électeurs. Mais il a aussi pris soin de s’adresser à tous ceux qui n’ont pas voté : « Dimanche prochain, j’ai besoin de votre soutien et j’ai besoin qu’il soit le plus large possible, car plus ce soutien sera large, plus notre région sera solide pour tourner ensemble la page de cette crise. «