dans les territoires d’outre-mer, les sortants en tête

Parmi les Ultramarins, seuls les Guadeloupéens et les Réunionnais étaient appelés aux urnes pour les élections régionales. La Martinique et la Guyane, collectivités territoriales uniques, ont élu leurs assemblées, tandis que Mayotte, qui est un département et non une région, n’a voté que pour ses conseillers départementaux.

→ EN DIRECT. Résultats des élections régionales 2021 et réactions après le premier tour

A La Réunion, la gauche appelle au rassemblement

La Réunion a placé son président sortant, Didier Robert, à la droite de l’échiquier politique en tête, avec 31,2 % des suffrages exprimés. Un score qu’il faut nuancer : derrière lui, deux candidats de gauche se qualifient, la députée communiste Huguette Bello (21,1% des voix) et l’ancienne ministre socialiste Ericka Bareigts (18,3%). « Les résultats de Didier Robert ce soir sont nettement inférieurs à ceux de 2015. C’est une sanction pour lui ce soir », commenté la seconde.

La réserve de voix de Didier Robert pourrait ne pas suffire pour faire face à une alliance de gauche au second tour.  » Il est impératif que nous nous réunissions et nous le ferons, avec les forces du progrès », ont insisté Huguette Bello, qui a rencontré Ericka Bareigts, ainsi que Patrick Lebreton, divers de gauche, qui, avec 7,6 % des voix, ne se qualifie pas pour le second tour.  » Huguette Bello fera son travail de rassembler tout le monde et je serai là », a déjà annoncé Ericka Bareigts.

L’abstention, comme ailleurs, bat des records : 62,2 % au premier tour, près de dix points de plus qu’au premier tour des élections régionales de 2015.

→ RETROUVEZ les résultats du premier tour des élections régionales 2021

En Guadeloupe, le rejet des politiques

La participation en Guadeloupe s’effondre à 30,85 %, contre 47,21 % en 2015. Les dysfonctionnements ont secoué le scrutin : à Sainte-Anne, un groupe d’usagers de l’eau a bloqué certains bureaux de vote, tandis que d’autres ont été saccagés au Gosier. A Pointe-à-Pitre, les assesseurs et agents communaux ont boycotté le scrutin, de sorte que certaines urnes ont dû rester fermées.

La rupture semble définitivement consommée entre la population et ses élus, dont la plupart sont la cible de poursuites judiciaires. Les deux principaux candidats, le président sortant Ary Chalus, soutenu par LREM, et la présidente socialiste du département Josette Borel Lincertin, avaient également été placés en garde à vue, mi-mai 2021. Alors que sur les douze listes en lice en Guadeloupe , sept provenaient de la société civile.

Enfin, selon les premières estimations, Ary Chalus arrive loin devant et rate de peu une réélection au premier tour, avec 49,31% des suffrages exprimés. Josette Borel Lincertin n’obtient que 17,38% des voix et les nationalistes des Alyans Nasyonal Gwadloup créent la surprise en se hissant à la troisième position. A moins d’un retournement de situation, aucune alliance ne sera possible – et suffisante – au second tour pour vaincre le président sortant.